Articles > Alimentation bio > Les emballages plastiques alimentaires sont-ils dangereux pour la santé (barquette, biberon, sacs) ? Quels plastiques privilégier ? Quelles alternatives ?

Les emballages plastiques alimentaires sont-ils dangereux pour la santé (barquette, biberon, sacs) ? Quels plastiques privilégier ? Quelles alternatives ?

Cyrille 24/01/2011

Home post

Il suffit d’aller dans un supermarché pour se rendre compte que le plastique est devenu un élément incontournable des emballages alimentaires. On le retrouve partout ! Il sert à emballer les charcuteries, les plats préparés, les salades, le fromage… Il faut dire que ce produit possède de nombreux avantages, il est léger, solide, peut parfois passer au four à micro-ondes….

La quantité d'emballage plastique générée par un repas réalisé avec des produits alimentaires préparés est impressionnante.

Mais la généralisation des emballages plastiques génère beaucoup de déchets et l’utilisation du plastique pour emballer ou stocker des aliments suscitent de nombreuses polémiques sanitaires. En effet, des études ont montré que certains éléments présents dans les emballages ou les récipients pouvaient migrer dans les denrées alimentaires et l’impact de ces migrations sur la santé est parfois très controversé comme le montre le cas du bisphénol A qui est interdit dans certains pays et pas dans d’autres.

Quels plastiques à usage alimentaire faut-il privilégier ?

Vous pouvez facilement identifier les différents plastiques à usage alimentaire grâce au système à 7 codes présent sur les emballages. Mais quel type de plastique faut-il privilégier ?

  • Le PET

C’est un plastique très utilisé notamment dans les bouteilles d’eau. On le retrouve également dans certaines barquettes alimentaires voire dans certains sacs en plastique de cuisson.

Source : OFSP. Cliquer pour zoomer.

Les questions soulevées par l’usage du PET
-Le relargage de perturbateurs hormonaux
Des toxicologues de l’Université Goethe de Francfort ont analysé une vingtaine d’eaux minérales afin de voir si le plastique des bouteilles pouvait relarguer des composés dans l’eau. Dans 12 des 20 eaux minérales analysées, les scientifiques ont mesuré une activité hormonale élevée à laquelle ils ne s’attendaient pas. Ils ont constaté que l’eau minérale présenterait, d’un point de vue hormonal, une qualité équivalente à celle des eaux usées en station d’épuration. Selon les chercheurs, au moins une partie de ces hormones proviendrait de l’emballage plastique mais ils ne peuvent pas encore évaluer si cette contamination présente un risque pour la santé.

-La présence d’antimoine
Selon l’OFSP (Office fédéral de la santé publique, Suisse), la production de PET nécessite l’emploi d’un catalyseur toxique, le trioxyde d’antimoine (Sb2O3). Ce composé qui est classé agent possiblement cancérigène pour l’homme est susceptible de migrer dans les aliments. Si l’organisme public estime que la migration de l’antimoine dans les eaux minérales résultant des bouteilles est négligeable, il précise qu’elle peut être plus élevée dans d’autres cas (sacs de cuisson, plats à tarte) et plus particulièrement quand ces emballages sont chauffés. Face à ce constat, depuis 2007, l’OFSP a renforcé sa vigilance afin de retirer les emballages non conformes du marché mais aussi pour pousser les fabricants à modifier leur processus de fabrication (changement du catalyseur).

  • Le PEHD

Le polyéthylène à haute densité est également un plastique très employé notamment dans la fabrication de bouteilles de lait.
Pour l’Institut national d’information en santé environnementale (Canada), ce plastique démontre peu de migration lorsqu’il est en contact avec des aliments. Le Réseau environnement santé (France), qui se base sur des données du site américain Mother Jones, confirme que ce plastique a une bonne compatibilité avec un usage alimentaire.

  • Le PVC

Le PVC est peu utilisé dans les emballages alimentaires. BioSuisse interdit même l’emploi du PVC et d’autres matériaux synthétiques chlorés dans les emballages des produits bios. Il faut dire que ce plastique est considéré comme particulièrement problématique pour la santé car sa fabrication nécessite des phtalates dont le plus répandu, le DEHP (di (2-ethylhexyl) phtalate, est classé comme toxique pour la reproduction.

  • Le PEBD ou LDPE

Le polyéthylène basse densité est utilisé pour emballer les sacs à pain, les aliments congelés mais également dans les tasses qui sont destinées à accueillir des aliments chauds. Pour l’Institut national d’information en santé environnementale (Canada), ce plastique démontre peu de migration lorsqu’il est en contact avec des aliments. Le Réseau environnement santé (France), qui se base sur des données du site américain Mother Jones, confirme que ce plastique a une bonne compatibilité avec un usage alimentaire.

  • Le polypropylène

Le polypropylène est notamment employé dans certaines gourdes ou encore dans les barquettes en plastique micro-ondables… Comme pour le polyéthylène haute densité et le polyéthylène basse densité, l’Institut national d’information en santé environnementale (Canada) estime que ce plastique démontre peu de migration lorsqu’il est en contact avec des aliments. Le Réseau environnement santé (France), qui se base sur des données du site américain Mother Jones, confirme que le polypropylène a une bonne compatibilité avec un usage alimentaire.
Mais attention, ce plastique se dégrade au fil des ans et en vieillissant il peut relarguer des molécules de dégradation dans les aliments.

  • Le polystyrène

Le polystyrène est utilisé pour fabriquer des couverts, des gobelets, des flûtes transparentes ou encore des gobelets de yoghourts. L’Institut national d’information en santé environnementale (Canada) et le réseau environnement santé (France) conseille d’éviter ce plastique pour un usage alimentaire. Pour l’Institut national d’information en santé environnementale, le polystyrène contient du styrène qui peut migrer dans les aliments quand l’emballage est chauffé. Le styrène est classé cancérogène possible chez l’homme.

  • La catégorie 7

Le symbole 7 regroupe l’ensemble des plastiques qui n’entre pas dans les catégories précédentes et notamment le polycarbonate. Le polycarbonate est un plastique particulièrement controversé. En effet, selon le Réseau environnement santé, il peut relarguer dans les aliments des traces de bisphénol A (BPA). Selon de nombreuses publications scientifiques, cette molécule à caractère de perturbateur endocrinien a pour conséquence sur la santé, des contributions possibles sur les cancers du sein, de la prostate, sur le diabète de type 2 et sur les troubles psychomoteurs. L’usage du polycarbonate est désormais interdit dans les biberons au sein de l’Union mais son utilisation reste autorisée dans les autres emballages en plastique (bonbonnes à eau, boîtes alimentaires, vaisselle, cuves d’appareils électroménagers etc). En Suisse, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) s’oppose encore à l’interdiction du bisphénol.

Les conseils pour mieux utiliser les plastiques alimentaires.

  • N’utilisez les plastiques que pour l’usage pour lequel ils sont prévus. Eviter par exemple de passer vos emballages en plastique aux micro-ondes s’ils n’ont pas été conçus pour cela.
  • évitez d’employer des récipients en plastique abimés.

Récipient en plastique abimé

A savoir : généralement, les migrations de contaminants sont plus importantes vers les hautes températures : plus les aliments sont chauds, plus les transferts de contaminants peuvent être élevés.

Quelles alternatives aux emballages plastiques ?

  • pour notre santé (limiter le transfert de contaminants) et pour notre environnement (éviter la production de déchets…), il est préférable de conserver ou de réchauffer les aliments dans des matériaux plus durables comme des plats, des récipients ou des assiettes en verre, faïence, inox, etc.

Cet article a été rédigé en collaboration avec Bernard Petit du Réseau environnement santé.

A lire également :

Posté dans: Alimentation bio

Mots-clés pour cet article: , , , .

  • Facebook
  • Twitter

Commentaires

  1. Greg says:

    Intéressant cet article, je me demande s’il est facile d’identifier à quel catégorie de plastique appartient un emballage. Les logos de l’article sont-ils toujours imprimés sur les emballages ?

  2. Cyrille says:

    Il faut que je vérifie sur les plats à emporter.
    Par contre, je sais que sur les récipients de stockage alimentaire, type Tupperware, les informations sont souvent notées.

  3. Greg says:

    J’ai mangé du fromage dernièrement, et je n’ai pas trouvé de logo sur le plastique d’emballage. Quelqu’un sait-il à quelle catégorie les emballages de fromage appartiennent-ils ?

  4. Cyrille says:

    Bonjour Greg,
    Merci pour ton commentaire.
    Je vais essayer de trouver des informations sur les plastiques qui servent à emballer les fromages.
    Je vous tiens informé.
    Par contre, il s’agit d’un emballage souple ou d’un emballage dur ?

  5. Greg says:

    Merci Cyrille. C’est un emballage souple en plastique transparent, lisse au toucher, pour l’emballage sous vide.
    On trouve parfois un autre type d’emballage (apparu plus récemment il me semble), le plastique est semi-transparent et d’apparence « mat » (un peu plus rugueux au toucher).
    Si tu as des infos sur ces emballages je suis preneur :-)

  6. Cyrille says:

    Bonsoir Greg
    vraiment difficile de donner une réponse précise s’il n’y a pas de sigle et de chiffre car les plastiques qui servent à emballer les fromages sont très diversifiés (polypropylène, polystyrène…).
    Si tu le souhaites, je peux faire un mail au fabricant afin de leur demander s’il pourrait nous préciser la nature de l’emballage qu’il utilise.

  7. bourven says:

    Beaucoup d’emballages n’ont pas de sigle, n’est ce pas obligatoire? Par exemple les compotes individuelles materne, les chocolats imagine SUCHARD, le thé bio en sachet pagès, les épices bio COOK, les emballages de lardons, de jambon…
    Je ne trouve pas cela normal.

  8. Cyrille says:

    Bonjour
    en fait, cet « étiquetage » très pratique des emballages plastiques a été conçu pour faciliter l’identification des plastiques en vu de leur recyclage.
    Les emballages que vous citez ne sont pas destinés a être recyclés. A mon avis, c’est pour cette raison qu’ils ne portent aucun sigle.

    Ceci étant dit, concernant le transfert de contaminant, pour les matières sèches que vous citez (thé, épices…), je pense qu’il est assez réduit.
    Les transferts sont les plus élevés quand les emballages sont chauffés ou quand ils contiennent une matière huileuse.

  9. stephano says:

    bonjour, et bravo pour votre article, mais même en le lisant bien, je n’ai pas trouver réponse à ma question qui est,
    Quel plastique ou sac je devrais utiliser pour conserver des glaçons en vrac dans mon congélateur de 380L en vu d’une fête ? (car ici en suisse, il sont tatillons !) merci à vous

  10. Cyrille says:

    Bonjour Stephano,
    je ne comprends pas très bien votre question ? Pourriez-vous m’apporter des précisions : vous souhaitez savoir quel plastique est le plus sain pour conserver des glaçons ?

  11. Francoise says:

    Bonjour, selon un article publié le 2 Mars 2011, « Most Plastic Products Release Estrogenic Chemicals: A Potential Health Problem That Can Be Solved » Il n’y a pas de plastique sécuritaire à ce jour! Lorsque les manufacturiers voudrons implanter les solutions présentées dans l’article de ces chercheurs nous aurons possiblement des plastiques non-œstrogéniques. http://ehp03.niehs.nih.gov/article/fetchArticle.action?articleURI=info%3Adoi%2F10.1289%2Fehp.1003220

  12. Cyrille says:

    Bonjour Françoise,
    en fait, je ne suis pas tout à fait d’accord, selon cette étude, il semblerait que le polyéthylène ou encore le polypropylène ne pose pas de problème au niveau des perturbateurs endocriniens.
    Par contre, le polyethersulfone, qui est souvent présenté comme une alternative au polycarbonate qui contient du BPA pose des problèmes :-(
    En tous cas, merci pour votre message et pour le lien vers cette étude, vraiment très intéressant…

  13. Annabelle says:

    J’ai un bébé de 18 mois et je lui donne des petits pots Bio (marque Baby Bio) qui sont, pour le 2ème âge en plasique.
    Je voudrais savoir s’ils contiennent du Bisphénol et si le fait de les faire réchauffer au bain-marie ( car je suis contre le micro-ondes) libère les agents toxiques ???

  14. Cyrille says:

    Bonjour Annabelle,
    je contacte la marque et vous tiens informé.

  15. Cyrille says:

    Bonjour Annabelle,
    j’ai eu la réponse de Baby bio, ils ont été très rapides :
    « Nous vous confirmons qu’il n’est pas utilisé de plastique à base de bisphénol A pour la fabrication de nos bols et assiettes. A titre d’information, sachez qu’avant utilisation de tout nouvel emballage, il est exigé de nombreuses garanties de la part de nos fournisseurs, afin de sélectionner les contenants le mieux adaptés à nos recettes. Enfin, en complément nous avons également réalisé des analyses sur nos petits pots, afin de démontrer l’absence de bisphénol A dans les recettes BABYBIO. »

  16. Fred says:

    J’utilise les boites de glace de la marque « carte d’or » pour faire chauffer des aliments au micro-onde, est-ce dangereux ?

    Merci pour vos réponses.

  17. Cyrille says:

    Bonjour Fred,
    personnellement, je ne le ferai pas. En fait, ces récipients ne sont pas conçus pour contenir des aliments chauds et pour faire réchauffer des aliments.
    Il est préférable de faire chauffer vos denrées alimentaires dans une assiette ou dans un récipient en verre.

  18. Pingback: BPA, phtalates, plomb : les fenêtres PVC en sont bourrées | Le blog actu éco-construction du salon vertissimmo.com

  19. Jean-Luc says:

    Bonjour Cyrille,

    Je vois que vous faites allusion au produits tupperware dans l’une de vos réponses. On m’a offert récemment une bouteille d’un litre de cette marque mais je ne vois aucune indication quant au plastique utilisé. Je n’ai pas non plus trouvé cette information sur d’autres sites internet. Sauriez-vous duquel il s’agit ? Merci d’avance.

  20. Cyrille says:

    Bonjour,
    je sais que 15% des produits Tupperware contiennent du bicarbonate. La seule liste que j’ai trouvée sur la composition des produits Tupperware est celle-ci, mais elle provient du Canada alors je ne sais pas si elle est exactement transférable à l’Europe :
    « www.mavieentupperware.com/doc/Inquietudes_concernant_le_polycarbonate.pdf »
    A mon avis, cela vaut le coup de leur faire un petit mail pour leur demander des précisions sur la composition de votre bouteille en leur donnant les références. Si elle contient du bicarbonate, mieux vaut utiliser autre chose. Il y a des gourdes sans bisphénol et des bouteilles dans bisphénol également.
    N’hésitez pas à nous demander des pistes si vous rechercher une autre gourde ou bouteille, on vous renseignera avec plaisir.

  21. whynot says:

    Bonjour !
    Suite à la lecture de « notre poison quotidien » de M-M Robin (Arte eds) que vous connaissez peut-être déjà pour son reportage « le monde selon Monsanto », je me suis lancé dans la recherche de réactions éventuelles sur tout ce que son enquête révèle. Je viens de trouver l’article de Cyrille (dont j’ai lu le portrait présenté sur le site) qui aborde de façon globale et assez détaillée la question des emballages plastiques et les commentaires qui ont été postés ici. Le seul commentaire que je peux faire c’est de vous conseiller vivement de lire l’ouvrage de M-M Robin qui aborde pas mal de thèmes sur lesquels il me semble urgent de se pencher, et notamment la partie IV qui traite des perturbateurs endocriniens… C’est captivant !!!

  22. Cyrille says:

    Merci Whynot pour vos conseils ! Je vais regarder attentivement le livre dont vous parlez .

  23. Jean-Luc says:

    Merci Cyrille pour le lien ; je vais les contacter pour avoir plus d’informations et je vous tiendrai au courant. Je repasserai aussi si la bouteille est à base de bicarbonate.

    A bientôt !

  24. Jean-Luc says:

    Voilà j’ai eu ma réponse :

    « Soyez rassuré, ces bouteilles ne contiennent aucun Bisphénol-A (composé contenu dans le polycarbonate). »

    J’ai contacté une représentante de Tupperware dans ma région et la personne m’a confirmé l’information en me précisant que c’est comme pour les biberons…

    Je suppose qu’il est possible de leur faire confiance…

  25. Cyrille says:

    Bonjour Jean-Luc,
    je pense que l’on peut les croire. Par contre, sincèrement, il me semble qu’il est préférable d’éviter, d’une manière générale, d’utiliser les emballages en plastique (quand c’est possible bien sûr) !!! Pour un pique-nique, c’est compliqué, mais dans la vie de tous les jours, on peut utiliser des récipients en verre.

  26. Greg says:

    Oui on peut éviter les bouteilles en plastique dans de nombreux cas, personnellement j’ai une gourde en métal pour mes randonnées.

    Sinon il y a des alternatives aux plastiques d’origine fossile : le PLA (polymère à base d’acide lactique), les polymères végétaux à base d’amidon de maïs, et d’autres… Un article sur le sujet :
    -http://www.admirabledesign.com/Le-design-biodegradable

  27. Fantasio_ says:

    Qu’en est-il de la récupération des plastics ? La filière du PET est clair, les autres ne sont pas récupéré, trop compliqué parait-il. Pourtant nous en utilisons énormément. Existe t’il des organismes qui récupères les autres plastics ?

  28. Cyrille says:

    @Greg,
    Tout à fait. Attention cependant, les anciennes gourdes SIGG contenaient du BPA mais ce n’est plus le cas des nouvelles gourdes :-)

  29. Cyrille says:

    Bonjour Fantasio,
    en fait, c’est surtout une question de coût….
    Voir réponse de l’Ofev à ce sujet :
    « Pour le moment, seules les bouteilles en PET des ménages sont collectées séparément dans toute la Suisse. Elles sont transformées en nouvelles bouteilles à boisson ou aussi en textiles. Quelques grands distributeurs proposent aussi la collecte de bouteilles à lait en PE sur une base volontaire. Elles sont transformées principalement en protège-câbles.

    Le recyclage des matières plastiques est lourd et cher surtout lorsqu’il faut procéder à la totalité de la sélection et du nettoyage des déchets. C’est le cas lorsque toutes les matières plastiques sont triées après la collecte, comme dans certains pays voisins.

    La Suisse compte des essais régionaux de collectes mélangées de matières plastiques issues des ménages. Les coûts de collecte, de transport et de tri sont toutefois très élevés, de plus, ce type de déchets plastiques ne trouve pas beaucoup de repreneurs actuellement. »

  30. Cyrille says:

    Greg,
    Autre chose, concernant le plastique végétal PLA, il faut faire bien attention car certains PLA sont fabriqués à partir d’OGM.

  31. Laure says:

    Bonjour,

    Je me demande comment congeler mes aliments…
    Je doute que les sacs de congélation soient sans risque et je n’ose plus utiliser de boîtes plastiques type Tupp… Existe-t-il des boîtes plastiques pour congélation non nocives ?

    Merci !!!

  32. Cyrille says:

    Bonjour,
    vous pouvez toujours opter pour des récipients en verre.

  33. augeard says:

    Bonjour,

    Comment faire pour éviter les repas servis dans les cantines qui viennent de prestataires extérieurs et qui livrent tout en barquettes en plastique ou aluminium? Ont-ils obligation d’utiliser des barquettes avec des plastiques les moins polluants possible ou sont-ils « libres »?
    Je souhaite envoyer un courrier à la mairie de mon école pour leur demander d’être plus vigilant mais j’aimerais des informations plus préçises avant. Merci par avance.

  34. ugo l'élève says:

    Bjr.
    A mon école on mas demander de trouver se qu’il y as dans le plastique mais je ne trouve pas. SVP aider moi voici mon email pour me repondre svp: ugovalliot@gmail.com Merci d’avance!!!

  35. Cyrille says:

    Bonjour Ugo
    c’est compliqué car cela dépend des plastiques !!! Mais en général, le plastique est tout simplement composé de pétrole. Il existe aussi aujourd’hui quelques plastiques d’origine végétale.

  36. invite says:

    bonjour,

    attention aux confusions entre les dénominations. le problème c’est le polycarbonate qui est un polymère (sorte de collier de molécules) résultant de l’association de molécules de bisphenol A avec des molécules contenant des groupements carbonates. C’est ce bisphénol A qui pose problème. Le bicarbonate (nom incomplet car désigne un groupement, mais qui dans le langage commun fait généralement référence au bicarbonate de soude) n’est pas un problème.
    meilleures salutations

  37. Merlin Raser says:

    Thanks for good info :)

  38. Mric says:

    Merci pour ces précieuses informations.
    Je tiens une précision d’un ingénieur qui avait travaillé dans l’emballage de liquides alimentaires et qui m’avait alerté il y a déjà longtemps sur leur fréquente dangerosité (pour lui, elle ne faisait pas l’ombre d’un doute…!) : le plus grand risque courant associé au PET des bouteilles d’eau réside dans leurs conditions de stockage. En effet, comme précisé sur certaines étiquettes, elles doivent être maintenues à l’abri du soleil, car celui-ci dégrade le PET dont des particules contaminent le contenu. Si le consommateur est vigilant, rien ne prouve que ce soit le cas de tous les intermédiaires entre lui et le producteur.
    J’ai souvent vu des palettes de bouteilles d’eau minérale stockées en plein soleil.

    D’autre part, depuis peu, Volvic (« idéale pour l’alimentation des bébés ») a modifié la composition de ses bouteilles, désormais dites « végétales » (à bouchons verts). En fait, il est aussi précisé qu’elles ne sont qu’à 20% d’origine végétale… hum hum !
    Sous les bouteilles d’1,5 litres (bouchon vert), aucun sigle (juste : Volvic D 07).
    Sous les bouteilles de 50cl (bouchon vert), le sigle 1 du PET(E)…
    Simple opération marketing ou réelle tentative de réduire la toxicité du matériau ?

  39. Serge Névez says:

    Moi, j’évite systématiquement le plastique en cuisine, mais hélas les bouteilles d’eau de source sont toutes en plastique et, ayant lu cet article, je ne suis pas rassuré quant à leur qualité.

  40. Greg says:

    Les bouteilles d’eau de source sont généralement également disponibles en bouteilles en verre, mais plus difficile à trouver. On en trouve dans les commerces de gros.
    Sinon la meilleure solution est de consommer l’eau du robinet si elle est d’assez bonne qualité, c’est bien plus écologique et économique.

  41. Jean-François says:

    Personnellement, je trouve le titre un peu trompeur. Je ne sais toujours pas  » Quels plastiques privilégier « ?
    Que ce soit comme bouteille d’eau ;
    Que ce soit pour réchauffer des aliments aux Micro-ondes ou dans l’eau chaude ;
    Que ce soit pour le biberon pour bébé ;
    Pour réfrigérer;
    Pour congéler, avec possiblement une décongélation rapide au micro-onde ;

    Existe-t-il des plastiques à privilégier ? Et si oui, peut-on se fier au logo de récupération ?

    Si je me fie au logo no 7, tous les autres plastiques incluant les polycarbonates, je ne vois pas pourquoi certains spécialistes de la santé tente de me faire croire qu’il s’agit du logo idéal pour les bouteilles d’eau !!!!

  42. Hassan says:

    Bonjour;
    je voudrais vous demandé si je peux utiliser les barquettes alimentaire en plastique plusieurs fois dans la cuisson au fourre a une température de 90°c.
    meilleurs salutations.

  43. AMINE Najdine says:

    vous avez dis « Il existe aussi aujourd’hui quelques plastiques d’origine végétale. » très intéressant ! comment identifier ces plastiques ?

  44. bounia valérie says:

    Bonjour,
    Votre article est très intéressant et me permet d’y voir plus clair. Maman de deux jeunes enfants j’avoue que j’ai me casse bien la tête pour arriver à me tranquilliser face à la complexité de tous ces produits plastiques…

    Mes enfants vont bientôt manger à la cantine municipale. J’ai contacté la mairie pour savoir comment les aliments étaient emballés et il semble que les barquettes sont en polypropylène, donc non nocifs pour les enfants si j’en crois votre article ? Ils me disent ne pas passer ces barquettes au micro-onde par contre ils ne me répondent pas sur la vaisselle utilisée lors du service des aliments chauds qui est sans doute en plastique mais avec quel composant ? mystère. Savez-vous en quel composant une vaisselles en plastique dur non jetable est fabriquée ?

    Je commence à me dire qu’il faudrait proposer à la municipalité d’utiliser une vaisselle jetable biodégradable mais pas facile d’arriver comme ça et de donner des leçons, j’ai besoin d’arguments objectifs…

    Autre question, il semble que l’emballage des yaourts soit toujours en PS 06, votre exposé sur ce composant est mitigé. Pouvez-vous me donner plus de précisions ? En effet, c’est un aliment qu’on utilise beaucoup pour les enfants et j’ai beau essayer de n’utiliser que des produits laitiers emballés en verre c’est très réduit, surtout qu’en on veut coupler ça avec un produit laitier bio, c’est un vrai casse-tête. Avez-vous un conseil à me donner ?

    Merci pour vos réponses

    Valérie

  45. klement says:

    Bonjour,
    Je vous remercie pour cette initiative et cette opportunité que vous nous donnez de savoir plus sur les sachets plastiques.
    Dans le milieu ou je vie on n’achète plus rien sans les sachets plastiques, surtout les aliments même chauds. On dirait que c’est devenu un luxe de manger dans les sachets plastiques.
    Je voudrais que vous me dites de quoi est composé ses sachets et quels impacts ses composants ont sur la santé de l’homme, quelles maladies ces composants peuvent entrainer.
    En plus de votre réponse, toute autre contribution est la bien venue.
    Merci

Laissez un commentaire

S'abonner sans commenter